Les actualités du CQL


4 - avril - 2017

Politique sur l’activité physique, le sport et le loisir : un grand pas… et dans la bonne direction!

 
 
Montréal, le 4 avril 2017 — Le Conseil québécois du loisir (CQL) accueille avec satisfaction la Politique sur l’activité physique, le sport et le loisir Au Québec, on bouge! qui souligne la conviction partagée par le CQL et le Gouvernement du Québec à l’effet que « … l’activité physique, le sport et le loisir, notamment les activités de plein air, sont bons pour la santé physique et mentale, préviennent la maladie, favorisent les liens sociaux, ont un effet positif sur l’économie et contribuent au développement durable ».
 
« Cette première politique de l’activité physique, du sport et du loisir est la conclusion heureuse d’une démarche amorcée en 2013 et surtout d’une évolution positive depuis le document de consultation. Le citoyen et l’accessibilité pour tous sont au cœur des orientations. La Politique reconnait que les loisirs sont un ingrédient indispensable à la qualité de vie des personnes comme des communautés. Elle reconnait l’indispensable apport des bénévoles, des travailleurs et des organismes et appelle à la mobilisation. J’ai d’ailleurs eu le plaisir d’offrir au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, monsieur Sébastien Proulx, notre entière collaboration dans cette emballante perspective », indique le président du CQL, monsieur Michel Beauregard.
 
 
Parmi les orientations positives de la politique, citons :
 
Une politique inclusive des loisirs et des clientèles
Nous saluons la déclaration du ministre qui affirme que « Cette politique aborde les loisirs sous toutes leurs formes et réaffirme leur importance pour le développement des personnes et des communautés, ainsi que le rôle inestimable qu’ils jouent dans la qualité de vie des citoyennes et citoyens ». La Politique offre une perspective fondée sur l’accessibilité pour tous à des loisirs de qualité et sécuritaire, selon leur diversité et secteur (activités physiques, culturel, plein air, scientifique, socio-éducative, sportive, touristique).
 
Au Québec, on bouge! s’appuie sur quatre enjeux soit l’accessibilité, la qualité de l’expérience, la promotion ainsi que le leadership et la concertation. Parmi ces énoncés, nous soulignons notamment ceux qui devraient avoir un impact positif pour le milieu associatif :

Mise en place de Placements Loisirs
La création d’un programme d’appariement des dons privés, Placements Loisirs, répond positivement à la demande du CQL. Elle est importante et permettra aux organismes nationaux de loisir d’accroître significativement leur capacité financière pour les années futures. Ce levier financier, complémentaire au soutien à la mission des organismes, est un outil équivalent à celui dont disposent les fédérations sportives québécoises depuis quelques années.
 
Le loisir de plein air : un potentiel majeur enfin reconnu
Le potentiel du Québec en cette matière est identifié depuis des décennies. Il a été de tout temps soutenu et promu avec conviction par le milieu fédéré du loisir et le CQL. La pratique de ces activités permettant d’établir un rapport harmonieux et dynamique avec la nature s’inscrit dans la logique de développement durable actuelle. La reconnaissance du potentiel du plein air comme secteur majeur de développement et son insertion dans diverses mesures découlant de la Politique, telle que les infrastructures et le milieu scolaire, constituent une forme de « consécration » pour le milieu fédéré.

L’indispensable apport des bénévoles et des organismes
La Politique reconnaît que « … l’engagement bénévole est primordial et que sa reconnaissance et sa valorisation vont de soi ». Elle doit conséquemment conduire à des mesures adaptées de soutien pour en assurer la pérennité. Une formation et un soutien administratif adéquats font partie des indispensables mesures pour assurer le maintien de l’engagement des milliers de passionnés qui consacrent leur temps libre à l’accessibilité des loisirs.
 
Le besoin de formation des intervenants clairement identifié
La Politique et les mesures proposées reconnaissent la nécessité d’assurer une expérience de loisir de qualité et sécuritaire par la formation et le perfectionnement. Un domaine d’expertise des intervenants du loisir. Responsables de multiples programmes de formation, le CQL et ses membres souscrivent aux mesures proposées qui devraient, entre autres, permettre le maintien et le développement du Programme DAFA.
 
Infrastructures récréatives et de plein air
L’annonce d’un soutien financier majeur à la construction, la rénovation, l’aménagement, l’entretien et la mise aux normes des infrastructures récréatives d’ici 2019 constitue une excellente nouvelle, d’autant qu’elle inclue les projets en loisir de plein air, dont ceux émanant du milieu associatif. Le développement du loisir de plein air offre des effets bénéfiques pour les personnes et les communautés et s’inscrit dans une société que nous souhaitons plus « verte »!
 
Le leadership gouvernemental
Il est heureux que la nouvelle politique exprime l’importance « ... d’agir de façon complémentaire et en synergie » au sein du gouvernement et des multiples ministères ayant des actions en loisir. Les activités de loisir offrent d’incroyables opportunités de développement dans le cadre de programmes gouvernementaux touchant la jeunesse, la réussite scolaire, l’intimidation, les communautés autochtones, l’économie sociale et autres.

La concertation des intervenants
Il en va de même des divers intervenants aux paliers local, régional et national pour lesquels une approche partenariale s’avère indispensable. Dans la mesure où la Politique « … mise sur la reconnaissance et la consolidation d’acquis comme le bénévolat, l’engagement des personnes et des organisations qui encadrent les bénévoles… » et respecte la Politique gouvernementale de l’action communautaire, il y a là une avenue intéressante visant à renforcer l’apport des partenaires associatifs.
 
« La Politique, en proposant une vision inclusive de l’activité physique, du sport et du loisir, et de tous les citoyens et citoyennes, quels que soient leur âge, leur sexe, leur revenu, leurs capacités, leur culture ou leur milieu de vie, avec des objectifs de santé physique et mentale, d’éducation et autres, offre une perspective intéressante. En précisant ses intentions par une série de mesures concrètes et un investissement supplémentaire de 64 M$ sur 3 ans dans l’“infrastructure sociale”, il s’agit d’une bouffée d’air frais appréciée. L’avenir nous dira si nous avons eu raison de croire en ce renouveau du partenariat État – associations », de déclarer le président du CQL, Michel Beauregard.
 
Le Conseil québécois du loisir
Le Conseil québécois du loisir contribue par le loisir au développement social, culturel et économique du Québec.
 
- 30 -
 
Source : Conseil québécois du loisir (www.loisirquebec.com)
 
Information : Joëlle Boulet, conseillère en communication
jboulet@loisirquebec.com ou 514 252-3132 - poste 3624
 

 


Nos réalisations

Déclaration du loisir culturel
Campagne Passion Loisir culturel
DAFA
Prix de journalisme en loisir
Accessibilité Loisir
Elle persiste et je signe
Loisir de plein air au Québec
Des loisirs et des mots
Forum québécois du loisir