Nous joindre  Plan du site  Liens  Recherche 
Espace membres
English
 

Du plein air pour les ados!

Depuis l’automne 2010, un groupe de travail, réunissant notamment des représentantes et représentants des milieux scolaire, municipal et communautaire, réfléchit aux pistes d’action à mettre en œuvre pour augmenter la pratique d’activités de plein air chez les adolescentes et adolescents. Ce groupe de travail est rattaché au Mécanisme de concertation sur les enjeux de pérennisation et de développement des sentiers et des lieux de pratique de loisir de plein air, piloté par le Conseil québécois du loisir et le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Outre l’élaboration des grandes orientations à poursuivre, le groupe de travail a ciblé des actions à réaliser afin de créer un environnement favorable à la pratique d’activités de plein air. Ainsi, le temps consacré à l’activité physique et le nombre d’occasions de contact avec la nature pour les jeunes devraient être multipliés.

La formation de clubs de plein air multi-activités, créés en partenariat avec les milieux scolaire, municipal et communautaire, et l’implantation d’options plein air dans les écoles secondaires, sont les premières avenues envisagées par le groupe de travail afin de faire sortir davantage les jeunes. Offrir des occasions de formation et d’échange aux intervenantes et intervenants en plein air qui travaillent auprès des adolescentes et adolescents sera aussi un moyen mis à l’avant-plan pour partager l’expertise et favoriser la circulation de pratiques exemplaires dans ce domaine. Aussi, une place sera accordée à la promotion du plein air comme moyen de développement global des jeunes leur permettant de mettre à profit de nombreuses habiletés et compétences. Défi, nouveauté et aspect social des activités de plein air devraient intéresser des jeunes peu attirés par l’offre actuelle d’activités physiques plutôt axée sur les sports collectifs et compétitifs.

Voici les objectifs du projet Ados plein air :
  • Connaître les contraintes, les besoins et les attentes des jeunes en matière de plein air ainsi que les possibilités des milieux associatif et institutionnel;
  • Sensibiliser les milieux scolaire, municipal et communautaire au potentiel des activités de plein air pour les adolescentes et adolescents et à l’existence des organismes de plein air et de leurs services, dont la formation;
  • Diversifier l’offre existante d’activités physiques en y introduisant davantage d’activités de plein air au goût des jeunes;
  • Renforcer les liens entre les organismes nationaux de loisir de plein air et les milieux scolaire, municipal et communautaire, notamment par le partage des connaissances et la diffusion des expertises et des services;
  • Outiller les intervenantes et intervenants ainsi que les jeunes leaders en matière de plein air;
  • Faciliter l’accès à l’équipement de plein air;
  • Simplifier, pour les adolescentes et adolescents, l’accès aux infrastructures de loisir de plein air (proximité, transport, coût, etc.);
  • Explorer les possibilités d’accroissement des ressources consacrées au plein air et à la pratique d’activités chez les jeunes.

Tel que le mentionne l’avis du Comité scientifique de Kino-Québec publié cette année, « L’activité physique, le sport et les jeunes », depuis les dernières décennies, la sédentarité est en hausse chez les adolescentes et adolescents. Ce fait saillant se traduit non seulement par une détérioration de la condition physique, mais aussi par une série de conséquences négatives sur le plan de la santé physique et mentale. Le « déficit nature », soit le manque de contact avec la nature, aurait aussi des effets négatifs chez les jeunes. Ces constats justifient donc une démarche en faveur de la promotion des activités de plein air auprès de ceux-ci. D’ailleurs, selon un sondage réalisé en 2010 par la Fondation Monique Fitz-Back et les Établissements verts Brundtland, 84 % des jeunes souhaiteraient faire plus d’activités en plein air et en nature si l’occasion leur en était donnée.

Les nombreux espaces naturels que compte le Québec, ainsi que les aménagements pour le plein air, par exemple les 9 000 kilomètres de sentiers pédestres, les 4 500 kilomètres de sentiers de raquette et les 2 300 kilomètres de sentiers de vélo de montagne, constituent un environnement extraordinaire pour accueillir les jeunes. Les milieux naturels et les grands parcs aménagés en milieu urbain sont également des lieux d’intérêt pour pratiquer des activités extérieures en toute saison.

Pour donner aux jeunes le goût de bouger dans la nature, il faut nécessairement tenir compte de leurs intérêts et les impliquer dans la mise en place des activités. Le plaisir doit être au rendez-vous, c’est un gage de succès!

cheap oakley sunglasses